Le succès contemporain a l’aube du xxi° siècle

Le modèle du cycle apparaît dans les années 1980 avec des séries telle que L’Epée de vérité (1994-2015) de Terry Goodkind, ou le célèbre Trône de fer de G.R.R Martin depuis 1996.

Un véritable genre apparaît et mêle les grands éléments de Tolkien et les codes esthétiques et narratifs de la fantasy populaire américaine. Les récits des auteurs sont, quant-à-eux, plus rapides et rythmés, le style plus simple et moins descriptif, l’action plus « musclée ».

Chaque œuvre a sa propre identité mais on peut retrouver des éléments récurrents : voyages dans des mondes secondaires d’inspiration « médiévale-fantastique« . Les personnages y rencontrent les peuples façonnés par Tolkien, parfois sous un autre nom. Le héro, souvent au centre d’un groupe de quêteurs, révèle une identité et une destinée hors du commun. Alors qu’il doit affronter, en parallèle de cette quête identitaire, une puissance maléfique.

Le royaume de Severeen dans Le Nom du vent de P. Rothfuss. Illustration de Izzu Shi.

Avec le succès de Harry Potter et l’adaptation cinématographique du Seigneur des Anneaux, la fantasy entre dans une nouvelle dimension à la fin des années 1990.

Illustration de Marina Michkina

L’arrivée d’internet dans les foyers entraîne une révolution des pratiques culturelles. Les premiers à investir l’espace web sont ceux qu’on appelle les geeks, férus de nouvelles technologies et des genres de l’imaginaire.

Progressivement de nouveaux décors s’invitent et le Moyen-Age cède la place à d’autres lieux et d’autres cultures.

Aujourd’hui, on peut dire que la fantasy est un genre largement diffusé.