Naissance de la fantasy : l’Angleterre victorienne.

Elle s’inspire des mythes, contes et épopées mais ne se distingue en tant que genre qu’au milieu du XIXe siècle en Angleterre.

Images d’Erulian et Perna studios

L’Angleterre d’alors est en pleine expansion industrielle. Le réalisme y règne en maître arborant la réalité dans sa dimension la plus crue. C’est par opposition que la fantasy émerge comme une forme de résistance à la modernité.

Quelques pionniers :

George MacDonald. La Princesse et le gobelin, 1872 – Phantastes, 1858 – Lilith, 1895.

Charles Kingsley. The Water babies, 1863.

Sir Arthur Conan Doyle. Le Monde perdu, 1912.